Accueil Programme Biennales Historique Bibliothèque Parutions Sites amis
Bulletin d'adhésion Se connecter
Bienvenue sur le site des amis du patrimoine de Feurs S'inscrire

HISTORIQUE 2017

Samedi 18 février 2017

15:00  Maison de la Commune

Conférence de Marie Pouget

HOMMAGE A DANIEL POUGET


Né à Saint-Etienne d'une mère violoncelliste et d'un père plâtrier-peintre, Daniel Pouget grandit à Saint-Just-Saint-Rambert, dans le Forez. Destiné à reprendre l'affaire de son père, son âme d'artiste le conduit à suivre des cours du soir à l'école des Beaux-Arts de Saint-Etienne. Cependant, les récits de l'explorateur polaire Jean-Baptiste Charcot lui donne le goût de l’aventure, des grands espaces et du voyage.


À 16 ans, il monte à Paris en vélo. Devenu « homme à tout faire » au Musée de l'Homme, il rencontre l'explorateur Paul-Émile Victor et s'en inspire pour aller, quelques mois plus tard, à 17 ans, en Laponie faire son premier reportage. Il y ramène notamment des objets qui seront à la base de son premier musée dans le Forez. Ensuite, il suit des cours à l'École du Louvre pour apprendre le métier de conservateur de musée. De ses nombreuses expéditions (Chine, Indonésie, Océanie, Afrique, Groenland, Moyen-Orient, etc.), il ramène des témoignages, dessins, photos, films, objets, qui seront au centre de ses documentaires, livres, conférences et expositions.                                                             Lire la totalité du texte …


2017-02-18Hommage D. Pouget.pdf

Mardi 24 janvier 2017

20:30 Maison de la Commune

Conférence de Jean LAVIGNE

Le début de la batellerie sur la Loire

1702 - 1764

2017-01-13 Batellerie sur la Loire.pdf

Batellerie sur la Loire 1702 - 1764

Dans un ouvrage publié par les Amis du vieux Saint-Just-Saint-Rambert, Jean Lavigne lève le voile sur l'histoire de la Loire « haute » et son activité de batellerie au début du XVIIIe siècle. Un apport de connaissance du patrimoine de cette période, qui méritait d'être approfondie.


Au terme de huit années de recherches dans les registres paroissiaux, croisés avec les actes

notariés, Jean Lavigne a reconstitué par le menu l’histoire de la batellerie jusqu’à nommer le

charpentier ayant construit la première «ramberte». C’est d’ailleurs à la rencontre d’un ancêtre

charpentier au XVIIe siècle à Saint-Rambert, dans le cadre de travaux généalogiques auxquels il se livra la retraite venue, que, déroulant le fil des écrits, il s’est passionné pour cette histoire de la batellerie sur la Loire, dédiée principalement au commerce du charbon, concomitante avec le développement industriel du bassin de Saint-Étienne.                   Lire la totalité du texte …


Lundi 6 mars 2017

14:45 Théâtre du Forum

Conférence de Gaetano MINACORI

Les grandes régions italiennes à travers leurs Arts : Toscane, Latium, Sicile



2016-08-21 Colisée.pdf

Le Colisée  La construction de cet amphithéâtre, le plus grand de Rome, débute en 72 ap. J.C. sur la demande de l'Empereur Vespasien. Ses deux fils, Titus et Domitien poursuivent sa construction qui s'achève en l'an 82. A cette époque le Colisée s'appelle alors amphithéâtre Flavien, du nom de la dynastie de ces empereurs. Le nom de Colisée n'apparaît qu'au Moyen Age, en référence à la gigantesque statue de Néron de 35 mètres (appelé colosse) situé à coté de l'amphithéâtre.

Avec ses 187 mètres de long, 155 mètres de large et 50 de hauteur, le Colisée pouvait accueillir 55 000 spectateurs avides de spectacles tels que combats d'animaux ou de gladiateurs et peut être même des batailles navales!

Le Colisée présente 4 étages. Les trois premiers sont portés par des colonnes des différents ordres, dorique, ionique et corinthiens, le quatrième est un mur percé de fenêtres. Au sommet, des excroissances sont encore visibles, qui portaient un voile tendu au dessus du Colisée pour protéger les spectateurs du soleil. Ce voile était manœuvré par un détachement de marins !

Vendredi 17mars 2017

20:30 Maison de la Commune

Conférence de Suzane Vengeon

La maison sans escalier

De Jean Bossu

2017-02-25 La maison sans escalier 01.pdf

Maisons sans escalier  Les Chalets de Bizillon, ou Maisons sans escalier, sont deux immeubles de logement identiques, construits par l'architecte Auguste Bossu aux numéros 54 et 56 du boulevard Daguerre, à Saint-Étienne, l'un en 1933 et l'autre en 1939-1940.


Leur nom provient du cabaret dit « chalet de Bizillon » qui occupait le site antérieurement. Ils sont composés de 36 logements chacun, répartis sur six étages. Ces appartements sont organisés autour d'un volume central éclairé par une coupole en béton armé percée de briques de verre. Cet espace ne comporte ni ascenseur, ni escalier mais une rampe hélicoïdale à faible pente, d'où le nom de Maisons sans escalier. L'entrée des immeubles s'ouvre sur des jets d'eau entourés de compositions minérales.


La façade est composée d'un enchaînement de deux formes géométriques : un cercle et un hexagone. Elle présente ainsi un plan circulaire, rythmé par six arêtes saillantes.



Mardi 16 mai 2017

20:30 Maison de la Commune

Conférence de Jean-Luc Perrot

Tintin et la musique

2017-05-03 Affiche Tintin et la musique.pdf

Mardi 25 avril 2017

20:30 Salle Guichard

Conférence de Jean Morel

L’art de la fresque

2017-04-20 L'art de la fresque.pdf



L’art de la fresque

Cet art antique que pratiquaient les Pompéïens, ou encore, plus tard, Michel-Ange à la Chapelle Sixtine, est avant tout l’art de dompter un matériau aux propriétés étonnantes : la chaux. Le mot « fresque » vient de dipingere a fresco: peindre sur un enduit frais. Cet enduit est constitué de chaux éteinte et de sable de rivière. Les couleurs appliquées sont des pigments compatibles avec la chaux, simplement délayés dans de l’eau pure.

La fresque se différencie de toutes les autres techniques de peinture murale, telles que la peinture à détrempe, la tempera, la peinture à l’huile, à l’encaustique ou à l’acrylique.


Tintin et la musique Tout le monde se souvient de la Castafiore en train de brailler "l'Air des bijoux" dans Tintin. Comment pourrait-on oublier un tel massacre musical, même décrit en silence via les bulles de personnages de BD ? Mais en vérité, la musique (la vraie) tient une grande place dans les aventures de Tintin.


- "Tintin au Congo", 1931 p.29 : véritable chant traditionnel congolais

- "L’oreille cassée", 1931 p.1 : "L’air du Toréador" de l’opéra Carmen de Bizet

- "Les cigares du Pharaon", 1934 p.36 : "Sur la mer calmée", traduction française d’un air de l’opéra Madame Butterfly de Puccini

- "Les cigares du Pharaon", 1934 p.41 : "De l’art la splendeur immortelle" tiré de l’opéra Benvenuto Cellini d’Eugène Diaz

- "Le crabe aux pinces d’or", 1941 p.55 : "L’air de Jenny" tiré de l’opéra comique La Dame Blanche de d’Adrien Boiledieu (dont une partie de l’intrigue du Trésor de Rackham le Rouge, 1944, est d'ailleurs tirée)

- "Le temple du soleil", 1949 p.57 : véritable chant traditionnel inca

- "Le temple du soleil", 1949 p.59 : Le soleil et la lune de Charles Trénet

- "Au pays de l’or noir", 1951 p.1 : la publicité "Simoun" est un pastiche de "Boum !" de Trénet encore.



Lundi 22 mai 2017

14:45 Théâtre du Forum

Conférence de Gaetano MINACORI

Les grandes régions italiennes à travers leurs Arts : Toscane, Latium, Sicile



2016-08-21 Château Saint Ange.pdf

Lundi 29 mai 2017

14:45 Salle Georges Guichard

Conférence de Gaetano MINACORI

Les grandes régions italiennes à travers leurs Arts : Toscane, Latium, Sicile



2016-08-21 Cathédrale Sainte Marie de la Fleur.pdf

Jeudi 15 juin 2017

08:00 Place de l’Hôpital - Feurs

Trévoux

Visite de la ville, du Château fort, du Palais du Parlement et de l’Apothicairerie

2017-06-15 Voyage à Trévoux.pdf

Jeudi 24 août 2017

09:00 Derrière la mairie de Feurs

Puy de Dôme

Emprunt du « Panoramique des Dômes » pour accéder au sommet


2017-08-24 Petite sortie du  24 août.pdf 2017-08-24 Petite sortie du jeudi 24 août.pdf



Voyage au sommet des volcans Accédez au sommet du puy de Dôme en train électrique à crémaillère et profitez d’un voyage au panorama exceptionnel sur les volcans de la Chaîne des Puys, la Plaine de la Limagne, Clermont-Ferrand et le Massif du Sancy.


En 15 minutes, le Panoramique des Dômes vous emmène au sommet du puy de Dôme, site naturel labellisé GRAND SITE DE FRANCE pour une découverte à 360° des paysages volcaniques et de l’empreinte historique gallo-romaine.



Découvrir Trévoux Dans le département de l’Ain, la ville de Trévoux s’élève sur la rive gauche de la Saône, entre Dombes et Beaujolais. Elle est située à 25 km au Nord de Lyon et à 10 km au Sud de Villefranche-sur-Saône. Ville-centre de la communauté de communes Dombes Saône Vallée (CCDSV), elle est le chef-lieu du canton de Trévoux.




www.mairie-trevoux.fr/Decouvrir-Trevoux

La cathédrale Santa Maria del Fiore (« Sainte Marie de la Fleur », baptisée ainsi en rapport au Lys de Florence ou le Duomo) est la cathédrale / dôme du xiiie siècle de l'archidiocèse de Florence à Florence en Toscane (Italie). Située piazza del Duomo dans le centre historique de Florence, elle est accolée au campanile de Giotto et face à la porte du Paradis du Baptistère Saint-Jean et à la Loggia del Bigallo. Avec son dôme de l'architecte Filippo Brunelleschi de 1436 (le plus grand du monde en maçonnerie avec 45,5 mètres de diamètre maximum de la coupole intérieure) qui marque le début de l'architecture de la Renaissance, elle est classée au patrimoine mondial de UNESCO depuis 1982. Santa Maria del Fiore (Sainte Marie de la Fleur) est la cinquième église d'Europe par sa taille, après la basilique Saint-Pierre de Rome, la cathédrale Saint-Paul de Londres, la cathédrale de Séville et le Dôme de Milan. Elle mesure 153 mètres de long et la base de la coupole mesure 41,98 mètres de large, avec un plan basilical :


Lire la totalité du texte …

Le château Saint Ange

Sous l'empire romain  Décidé par l'empereur Hadrien en 125 pour être son mausolée, le bâtiment se veut le pendant du tombeau d'Auguste : celui-ci est situé au nord du Champ de Mars (Rome), sur la rive gauche du Tibre, alors que le mausolée d'Hadrien se place sur la rive droite, en face du Champ de Mars. En outre, l'allure générale des deux édifices est similaire. Il est achevé par Antonin le Pieux en 139. Le château, une rotonde massive en travertin, est surmonté d'un quadrige de bronze mené par l'empereur Hadrien figuré en soleil et d'un bosquet d'arbres funéraires. Les cendres d'Hadrien y sont déposées en 139. Caracalla est le dernier empereur à s'y faire ensevelir.


Très vite, le bâtiment est détourné de ses fins funéraires pour devenir militaire. Il est intégré à la muraille aurélienne en 403, en tant que bastion avancé. Quand le Goth Vitigès attaque Rome en 537, les soldats défendant le castellum se servent des statues de bronze qui le décorent comme projectiles. En 547, Totila inclut l'édifice dans une structure fortifiée protégeant la rive droite. Le quartier prend ainsi le nom de Borgo

Lire la totalité du texte …


Origine de la Renaissance L'Empire byzantin était depuis longtemps entré en décadence. Les débuts de la crise remontent à la prise de Constantinople par les croisés en 1204. Les barons latins ruinèrent la ville qui ne se releva jamais complètement de ce pillage. En outre, le fossé entre riches et pauvres se creusait de plus en plus alors que les ressources de l'État diminuaient dangereusement. Incapable d'assurer la défense de ses propres frontières, l'empereur devait acheter la paix aux autres souverains. Il dut se résoudre à confier l'armée à des mercenaires. Très vite les Turcs menacèrent la ville. Assiégée de 1394 à 1402, Constantinople fut miraculeusement sauvée par l'invasion mongole de Tamerlan. Le répit fut de courte durée. L'avènement d'un énergique sultan, Mehmet II, à la tête de l'armée turc, précipita le dénouement. En 1453, une puissante armée ottomane s'installe sous les murs de la ville. Constantinople finit par tomber sous la pression des janissaires. La chute de Constantinople, apparemment, ne bouleversa pas l'Occident : les souverains chrétiens laissèrent s'écrouler le vieil Empire d'Orient. Toutefois, cet événement eut d'importantes conséquences pour les pays d'Europe. De nombreux prélats, artistes et hommes de science byzantins se réfugièrent en Occident, et notamment en Italie. Ils apportaient leurs connaissances, leurs idées et leurs bibliothèques de manuscrits antiques. Les savants et artistes italiens tirèrent profit du savoir accumulé en Orient. Ainsi la chute de l'Empire byzantin accélérait-elle la renaissance culturelle de l'Occident.

Lundi 25 septembre 2017

14:45 Théâtre du Forum - Feurs

Conférence de Gaetano MINACORI

La France au 16ème siècle :

Art et Histoire

2017-10-09 biblio_renaissance_france.pdf

Jeudi 16 novembre 2017

18:30 Maison de la commune


Dédicace de Paul VALETTE

Feurs, une petite ville dans la grande guerre - 1914/ 1919

Mardi 14 novembre 2017

20:30 Salle Georges Guichard

Conférence de Paul VALETTE

Le commerce antique

dans le Forez

Lundi 23 octobre 2017

14:00 Derrière la mairie de Feurs

Chazelles sur Lavieu

Visite guidée par Mme POUGET

« Dragons et démons »

2017-10-23 Chazelles sur Lavieu .jpg

Lundi 16 octobre 2017

14:45 Théâtre du Forum - Feurs

Conférence de Gaetano MINACORI

La France au 16ème siècle :

Art et Histoire

2017-10-09 biblio_renaissance_france.pdf

Vendredi 13 octobre 2017

20:30 Salle Georges Guichard

Conférence du Père Bruno MARTIN

Les Croisades


2017-10-13 Photo croisade.jpg

Les croisades: Bénie par le pape et conduite par les monarques des royaumes chrétiens de la vieille Europe, cette aventure devait représenter tout ce que l'esprit médiéval avait de bon en lui. Malgré l'échec militaire manifeste des croisades (à l'exception de la première), la Chrétienté en sortit grandie au niveau économique et culturel. Le choc des cultures fut nettement favorable à l'Europe, moins avancée que le Moyen Orient qui rentre alors en déclin. Les croisades permirent également au niveau géopolitique la création des Etats Latins d'Orient (comté d'Edesse et de Tripoli, principauté d'Antioche, royaume de Jérusalem) et l'essor des républiques maritimes italiennes (Amalfi, Gênes, Pise et Venise).




Lire la totalité du texte …





Origine de la Renaissance L'Empire byzantin était depuis longtemps entré en décadence. Les débuts de la crise remontent à la prise de Constantinople par les croisés en 1204. Les barons latins ruinèrent la ville qui ne se releva jamais complètement de ce pillage. En outre, le fossé entre riches et pauvres se creusait de plus en plus alors que les ressources de l'État diminuaient dangereusement. Incapable d'assurer la défense de ses propres frontières, l'empereur devait acheter la paix aux autres souverains. Il dut se résoudre à confier l'armée à des mercenaires. Très vite les Turcs menacèrent la ville. Assiégée de 1394 à 1402, Constantinople fut miraculeusement sauvée par l'invasion mongole de Tamerlan. Le répit fut de courte durée. L'avènement d'un énergique sultan, Mehmet II, à la tête de l'armée turc, précipita le dénouement. En 1453, une puissante armée ottomane s'installe sous les murs de la ville. Constantinople finit par tomber sous la pression des janissaires. La chute de Constantinople, apparemment, ne bouleversa pas l'Occident : les souverains chrétiens laissèrent s'écrouler le vieil Empire d'Orient. Toutefois, cet événement eut d'importantes conséquences pour les pays d'Europe. De nombreux prélats, artistes et hommes de science byzantins se réfugièrent en Occident, et notamment en Italie. Ils apportaient leurs connaissances, leurs idées et leurs bibliothèques de manuscrits antiques. Les savants et artistes italiens tirèrent profit du savoir accumulé en Orient. Ainsi la chute de l'Empire byzantin accélérait-elle la renaissance culturelle de l'Occident.


Chazelles-sur-Lavieu est un petit village français, situé dans le département de la Loire et la région d'Auvergne-Rhône-Alpes (anciennement Région Rhône-Alpes).

Ses habitants sont appelés les Chazellards et les Chazellardes.

La commune s'étend sur 9,9 km² et compte 293 habitants depuis le dernier recensement de la population. Avec une densité de 29,7 habitants par km², Chazelles-sur-Lavieu a connu une nette hausse de 65,5% de sa population par rapport à 1999.

Entouré par les communes de Gumières, Lavieu et Soleymieux, Chazelles-sur-Lavieu est situé à 1 km au nord-est de Gumières la plus grande ville aux alentours. Situé à 902 mètres d'altitude, la Rivière La Curraize est le principal cours d'eau qui traverse la commune de Chazelles-sur-Lavieu.

La commune est proche du parc naturel régional Livradois-Forez. Le maire de Chazelles-sur-Lavieu se nomme Madame Christiane BRUN-JARRY. La commune de Chazelles-sur-Lavieu fait partie de la Communauté d'agglomération Loire Forez.


Statuts de l’Association des Amis du Patrimoine et du Musée de Feurs

Le Forez avant le Forez

Pour l’homme de l'Antiquité, l’espace du Forez n’a aucune  réalité  historique, tout comme, d’ailleurs, le fait d’appartenir à la Gaule lyonnaise (Gallia   Lugudunensis). Seule  comptait l’appartenance au peuple et, plus tard, à partir du  I er  siècle de notre ère, à la cité (ciuitas) que nous présenterons plus loin. D’ores et déjà il faut en  signaler l’extension d’ ouest en est depuis lesmonts du Forez jusqu’à l’axe rhodanien (soit approximativement les départements de la Loire et du Rhône).  Le Forez historique, création médiévale, n’en constitue donc que la partie occidentale. Néanmoins, c’est sur les Ségusiaves habitants de ce t espace que nous nous interrogerons tout au long de ce propos, en  gardant néanmoins présent à l ’esprit que la compréhension de certains phénomènes de l’organisation du territoire antique demande une vision élargie.


Lire la totalité du texte de Paul Valette …


Feurs, une petite ville dans la Grande Guerre, dernier ouvrage de Paul Valette L’encre est encore fraîche, les rotatives d’Extrem Com, société civensoise de création graphique et d’im- pression, viennent tout juste de « rouler » les 236 pages d’un nouveau livre. Un ouvrage qui fera date dans l’histoire de la capitale du Forez. Il s’intitule : Feurs, une petite ville dans la Grande Guerre. Il fera date car il s’agit de la première publication abordant Feurs lors de la pre- mière guerre mondiale. Son auteur est Paul Valette, président des Amis du patri- moine et du musée, historien spécialisé dans l’Antiquité. Ce qui lui fait dire : « Les XIXe et XXe siècles ne sont pas mes périodes de prédilection. Je travaille d’or- dinaire sur des périodes plus anciennes. Mais il aurait été dommage de laisser passer l’occasion [N.D.A. : le centenaire de la première guerre mondiale] parce que sur Feurs contemporain, il n’y a pas grand-chose d’écrit. On connaît mieux les Gaulois que les gens du XIXe siècle. » Qu’importe, il s’est mobilisé « pour ouvrir, pour un large public, une fenêtre sur le passé de Feurs. »



Lire la totalité de l’article de François Perrot paru dans le Petit Forérien de novembre 2017 …


2017-11-16 Petit_Forezien_n305 page 7 Paul Valette.pdf