Accueil Programme Biennales Historique Bibliothèque Parutions Sites amis
Bulletin d'adhésion Se connecter
Bienvenue sur le site des amis du patrimoine de Feurs S'inscrire

HISTORIQUE 2012

Vendredi 11 mai 2012

Une conférence de Jean-Luc PERROT Maison de la Commune à Feurs

Jules Massnet TL.jpg

Benjamin d'une famille de douze enfants, Jules Massenet suit l'enseignement musical de sa mère jusqu'à l'âge de 11 ans, où il entre au Conservatoire de Paris. Il reçoit en 1859 le Grand prix de piano, joue dans des cafés pour subvenir à ses besoins et obtient en 1863 le prix du concours de Rome avec la cantate 'David Rizzio'. Il rencontre Liszt qui lui propose de le seconder dans ses tâches d'enseignement et vit à Rome pendant trois ans. Pendant cette période, il compose sa première symphonie : 'Ouverture en sol'. De retour à Paris en 1867, il y connaît ses premiers succès avec 'La Grande Tante' à l'Opéra comique cette même année, ou encore 'Le Roi de Lahore' en 1877, salué par la critique. Il est nommé professeur au Conservatoire de Paris en 1878 et le reste jusqu'en 1896 ; il compte parmi ses élèves Gabriel Pierné, Gustave Charpentier et Florent Schmitt. Dans les années 1880, il compose ses opéras les plus célèbres dont 'Manon' (1884), d'après le roman 'Manon Lescaut' de l'Abbé Prévost, et 'Werther' (1886), d'après 'Les Souffrances du jeune Werther' de Goethe. Par son sens de la mélodie et sa connaissance de la voix humaine, Jules Massenet laisse à sa mort une oeuvre essentiellement lyrique, composée de vingt-cinq opéras.

Jeudi 7 juin 2012

Petite sortie à Chavaniac-Lafayette

Chavaniac-Lafayette.jpg

Bienvenue au Château de Chavaniac. Aujourd’hui, l’esprit et le cœur de LAFAYETTE sont plus que jamais présents dans cette demeure où des voix vous font remonter le temps, et des lumières vous guident jusqu’au cœur de ce château, dans la chambre natale où le Marquis vit le jour, le 06 septembre 1757. « Chavaniac est pour moi un temple qui réunit les objets sacrés selon mon cœur » Lafayette

Vendredi 8 juin 2012

Une conférence du Père Bruno Martin Maison de la Commune à Feurs

Salle Guichard

Augustinus-TL.jpg

Le jansénisme est un mouvement religieux, puis politique, qui se développe au xviie siècle et au xviiie siècle, principalement en France, en réaction à certaines évolutions de l'Église catholique, et à l'absolutisme royal. Né au cœur de la Réforme catholique, il doit son nom à l'évêque d'Ypres, Cornelius Jansen, auteur de son texte fondateur l'Augustinus, publié en 1640. Le jansénisme prend son essor sous les règnes de Louis XIII et de Louis XIV et demeure un courant important sous leurs successeurs. C'est d'abord une réflexion théologique centrée sur le problème de la grâce divine, avant de devenir une force politique qui se manifeste sous des formes variées, touchant à la fois à la théologie morale, à l'organisation de l'Église catholique, aux relations entre foi et vie chrétienne, à la place du clergé dans la société et aux problèmes politiques de son temps.

Lundi 11 juin 2012

Visite du Musée Saint Pierre à Lyon

Palais Saint-Pierre.jpg

Le musée des beaux-arts de Lyon est un musée municipal fondé en 1801 et situé sur la place des Terreaux dans une ancienne abbaye de bénédictines, l'abbaye des Dames de Saint-Pierre, édifice classé monument historique et plus connu sous le nom de palais Saint-Pierre. De 1988 à 1998 le musée a connu de grands travaux de rénovation qui ont permis une extension importante des surfaces d'expositions. Réparties sur soixante-dix salles, ses collections embrassent une période comprise entre l’Égypte antique et l’art moderne et la plupart des disciplines artistiques y sont représentées, faisant du musée des beaux-arts l’un des plus importants musées français et européens4. Des expositions temporaires y sont proposées toute l’année.

Samedi 21 juillet 2012

Visite gratuite de la ville de Feurs

Feurs est une commune française, située dans le département de la Loire et la région Rhône-Alpes. Les habitants de Feurs sont les Foréziens.Feurs tire son origine de la dénomination romaine de Forum Segusiavorum, lieu d'échanges du peuple antique, les Ségusiaves. On trouve dans la ville, à côté de la Poste, des vestiges de l'ancienne ville romaine.

Elle a directement donné son nom à la province du Forez.

La ville fut mentionnée par le géographe antique Ptolémée.

Elle fut fugitivement chef-lieu du département de la Loire de 1793 à 1795

Elle eut un des premiers chemins de fer : La 3e ligne de France Andrézieux - Roanne ouvre sa 1re section le 1er août 1832 entre Saint-Bonnet-les-Oules et Balbigny. C'est à Feurs qui se trouve sur cette section que sont installés les ateliers de la compagnie qui construiront plusieurs locomotives sous les ordres de l'ingénieur Régnié.

Feurs est, aujourd'hui, définitivement tournée vers Saint-Étienne, une ville-modèle pour elle. Les sites d'intérêts archéologiques sont nombreux mais tous sont découverts au cours des différents travaux sur la commune.

Semur_en_Brionais - Eglise TL.JPG

Jeudi 30 août 2012

L'église de Semur-en-Brionnais comporte une nef principale à quatre travées, flanquée de deux bas-côtés, un transept légèrement saillant que prolonge une abside et deux absidioles latérales semi-circulaires, précédées d'une travée de chœur. La nef communique avec les deux bas-côtés par de grandes arcades en cintre brisé. On retrouve l'arc brisé dans toutes les parties de l'édifice comme à Paray, à Cluny et Autun. L'influence clunisienne, s'observe également dans le triple étagement de la nef: entre le niveau des grandes arcades et celui des fenêtres hautes s'ouvre un triforium qui forme, tout autour de la nef, une élégante galerie décorative, sans aucune fonction de circulation. Les piliers cruciformes sont cantonnés, du côté de la nef, de pilastres cannelés, également de style clunisien. Les croisillons sont voûtés en berceau brisé tandis que la croisée est surmontée d'une lanterne octogonale reposant sur des trompes et ornée d'arcades, sous la coupole. Les trois premières travées de la nef sont couvertes d'une voûte en plein cintre, surbaissée, qui a été refaite au XIXème siècle. Au-dessus du portail occidental, une élégante tribune en encorbellement est la reproduction en miniature de celle, identique, de la grande abbatiale de Cluny III.

Meeting aérien à l’aérodrome de Bois Combray à Saint Léger sur Roanne.  A partir de 11 heures, visite au sol de l’exposition de modèles anciens. L’après-midi, spectacle aérien avec notamment la participation de « la patrouille de France »

Samedi 8 septembre 2012

breitling3.jpg

15 et 16 septembre 2012

Septembre 2012 Place du 11 novembre.pdf

Journées du patrimoine. Ces journées sont un moment privilégié permettant aux Français de visiter leur patrimoine national, monuments, églises, théâtres, châteaux, mais aussi des demeures privées, des banques, des tribunaux, des préfectures, palais de justice, hôtels de ville, chambres de commerce, etc., toutes sortes de bâtiments qui, habituellement, sont fermés au public ou peu fréquentés par lui.

Contrairement à une idée très répandue, les ouvertures ne sont pas obligatoirement gratuites.

La gratuité est presque systématique dans les monuments publics dépendant de l'État et les musées ayant le Label musée de France, en ce qui concerne les domaines privés ou ceux qui dépendent de collectivités locales ou d'établissements publics, les tarifs sont laissés à l'appréciation du propriétaire du lieu.

Ces journées du patrimoine sont lancées chaque année le 3e week-end du mois de septembre.

Les monuments les plus visités sont ceux de la capitale et en particulier tous les lieux officiels du gouvernement (palais de l'Élysée, ministères, palais Bourbon, palais du Luxembourg), mais des sites scientifiques et industriels font également découvrir leurs secrets.

Les villes de province ne sont pas en reste pour présenter au public leur patrimoine culturel, industriel, architectural et historique ayant participé à l'histoire de la commune. De plus en plus de propriétaires privés se lancent dans cette opération pour présenter leur patrimoine.

En 1992, la manifestation change de nom en France et devient les Journées nationales du patrimoine.

Saint-Léger-sur-Roanne est un village français, situé dans le département de la Loire et la région du Rhône-Alpes. Ses habitants sont appelés les Ligérots et les Ligérotes.

La commune s'étend sur 4,5 km² et compte 1 133 habitants depuis le dernier recensement de la population datant de 2004. Avec une densité de 251,2 habitants par km², Saint-Léger-sur-Roanne a connu une nette hausse de 20% de sa population par rapport à 1999.

Entouré par les communes de Pouilly-les-Nonains, Riorges et Roanne, Saint-Léger-sur-Roanne est situé à 6 km au Nord-Ouest de Roanne la plus grande ville des environs.

Situé à 320 mètres d'altitude, La rivière le renaison est le principal cours d'eau qui traverse la commune de Saint-Léger-sur-Roanne.

Jeudi 11 octobre 2012

Visite de  l’école de pilotage professionnelle de Saint Yan Aéroport


L’aéroport de Saint-Yan ou Aéroport du Charolais (code AITA : SYT • code OACI : LFLN) est un aéroport ouvert à la circulation aérienne publique (CAP)1, situé à 1 km à l’ouest de Saint-Yan dans la Saône-et-Loire (région Bourgogne, France).

Il dispose de trois pistes dont deux revêtues. La plus importante faisant quelque deux kilomètres, est équipée de l’Instrument landing system (ILS). On y croisera de nombreux avions VFR appartenant à l’aéroclub local ou aux aéroclubs voisins. Saint-Yan est aussi un aérodrome utilisable pour la voltige. On peut également y croiser du trafic IFR : pour les déplacements du FC Gueugnon par exemple. Le pape Jean-Paul II avait atterri à Saint-Yan lors de son passage à Paray-le-Monial en 1986.


".

Lundi 15 octobre 2012

Sarah est un personnage de la Bible. Elle est la demi-sœur et épouse d’Abraham, ainsi que la mère d’Isaac, qu’elle aurait eu à 90 ans. Selon la Bible, elle décède à l’âge de 127 ans. Le récit qui la concerne est raconté dans le premier livre du Pentateuque, la Genèse. Sarah apparaît, au début du récit, sous le nom de Saraï. Elle vit avec son mari Abram dans la ville de Harran. Quand Abram choisit de quitter le pays pour suivre l’ordre que le dieu YHWH lui aurait adressé, Saraï l’accompagne. Ils arrivent dans le pays de Canaan qui est frappé par la famine et doivent trouver refuge en Égypte. Craignant que la beauté de sa femme mette sa propre vie en danger, Abram demande à Saraï de se faire passer pour sa sœur. Quand le Pharaon prend Saraï, la maison royale est frappée de plaies. Le Pharaon comprend la vérité et demande à Abram de repartir avec son épouse. Saraï est désespérément stérile, malgré la promesse divine faite à Abram d’être le père de nombreuses nations. Saraï offre sa servante Hagar comme concubine pour son époux …

Visite guidée du musée de Mr Pouget à Chazelles sur Lavieu (42)


Mardi 16 octobre 2012

Daniel Pouget est un infatigable voyageur. Bercé par la lecture des oeuvres de Charcot, il côtoie alors qu'il n'a que dix-sept ans, Paul-Emile Victor et en 1954, effectue sa première expédition en Laponie. Le pli est pris ! Il n'arrêtera plus désormais de parcourir le Monde, d'un continent à l'autre, ramenant objets et autres témoignages de la vie quotidienne des peuples même les plus reculés. En 1964, il sera l'initiateur du musée des Civilisations qui voit le jour à Saint-Just-Saint-Rambert. Il en dirigera la destinée pendant plusieurs années. Aujourd'hui, il s'est installé dans un petit village des monts du Forez où il a créé un endroit atypique : un couvent pour découvrir le monde...

couventpglieuTL.jpg Sarah_Abraham 02.jpg

Statuts de l’Association des Amis du Patrimoine et du Musée de Feurs

Conférence Mme MOULAGER

Auguste RAVIER & Félix THIOLLIER

Vendredi 26 octobre 2012

20:30

Auguste Ravier Baigneuse au bord de l'étang.jpg Félix Thiollier 02.jpg

François Auguste RAVIER est né à LYON le 4 Mai 1814. En 1836, il s'installe à BOURGOIN. En 1845, il rejoint sa ville natale,mais la vie lyonnaise ne lui plaît guère. En 1853, plus précisément le 8 Mai, il épouse Antoinette DESSAIGNE et s'installe à CREMIEU dans une maison entourée d'un jardin. Il aura cinq enfants et pour être plus à l'aise, achète en 1867, une ferme à MORESTEL. Le 2 Octobre 1879, à 65 ans, il est frappé par une attaque qui atteint sa vue. Il est hospitalisé. Cinq ans plus tard, il doit subir l'ablation d'un oeil. En 1885, il est frappé d'une cécité presque complète. Il supporte avec courage la plus terrible infirmité qu'un peintre puisse connaître : "Je donnerais le reste de ma vie en l'échange de quelques jours de lumière". Il décède le 26 Juin 1895 dans sa propriété de MORESTEL. "Il est des moments où j'éprouve de grandes joies ; le soir surtout, au coucher du soleil, qui a toujours été le moment du jour où je me trouve le mieux. Quand je suis dans la campagne, les yeux errant sur l'horizon et les montagnes des Alpes, abîmé dans ces douces méditations du soir, je sens parfois venir au bord de ma paupière une larme de bonheur..."

Lundi 5 novembre 2012

14:45

Rebecca03.jpg

Rébecca est un personnage biblique. Elle est la fille de Betouel, la femme d'Isaac et la mère de Jacob et d'Ésaü. Son histoire est racontée dans le livre de la Genèse. À la mort de Sarah, Abraham cherche à marier son fils Isaac, qui doit hériter de l'Alliance de sa descendance avec Dieu. Il envoie son serviteur dans le pays de Haran1. Arrivé à un puits à Harran, une jeune fille offre de l'eau au serviteur et aux animaux : c'est Rébecca. Elle présente le serviteur d'Abraham à ses parents et à son frère Laban puis choisit de le suivre pour épouser Isaac. Rébecca reste longtemps infertile, puis est enceinte de jumeaux. Sa grossesse est pénible, parce que les deux enfants se battent dans son sein. Dieu lui prédit que deux nations seront issues de ces deux garçons et que l'aîné servira le cadet. Rébecca donne plus tard le jour à Esaü (l'aîné) et à Jacob. Par la suite, elle aidera Jacob, son préféré, à usurper la bénédiction qu'Isaac devait donner à Esaü. Rébecca est enterrée aux côtés de son mari dans le tombeau des Patriarches à Hébron.

Mardi 27 novembre 2012

20:30

Conférence

Mme Catherine GUICHARD

« Histoire d’un forézien - Geoffroy GUICHARD »

Guichard Geoffroy.jpg

Geoffroy Guichard est un entrepreneur français, né à Feurs le 21 juillet 1867 et mort en 1940. Il est le fondateur du groupe Casino, à partir d'une épicerie qu'il a fondée avec son beau-père, M. Perrachon, en 1898 (établissements Guichard-Perrachon). En 1892, Geoffroy Guichard devient propriétaire d'une épicerie située rue des Jardins (renommée depuis rue Michel Rondet) à Saint-Étienne (Loire), où il travaille avec sa femme, Antonia. Il vit dans le même bâtiment : les fenêtres de leur appartement, surnommé « le sénat » par leur personnel, donnent à l’intérieur du magasin. L'enseigne est fondée en 1898 sous le nom de Casino, conservant ainsi la mémoire du lieu : les locaux de la première épicerie étaient en effet ceux d'un ancien casino. Guichard lance en 1901 la première marque de distributeur française, la marque Casino, un des principaux groupes français actuels de grande distribution. Son nom fut donné au stade de l'Association Sportive de Saint-Étienne, construit sur un terrain alors propriété des établissements Casino. Geoffroy Guichard est enterré à Feurs, sa ville natale, à une quarantaine de kilomètres de Saint-Étienne. Son fils, Pierre Guichard sera un président emblématique de l'ASSE.

Rebecca.jpg

Visite de Vendenesse les Charolles et Semur en Brionnais

Journées du patrimoine

Exposition à la Chapelle des Martyrs

Conférence de Gaetano MINACORI

LES FEMMES DANS LA BIBLE

REBECCA

Conférence de Gaetano MINACORI

LES FEMMES DANS LA BIBLE

SARAH

2012-06-11 Musée Saint Pierre.pdf 2012-06-07 Petite sortie du jeudi 7 juin 2012.pdf Jules Massenet.pdf 2012-07-21 Croix de Mission.pdf